Analyse de risques incendie


Réaliser une analyse des risques d’incendie est obligatoire. Cette analyse, qui vise l’identification des causes possibles d’incendie, est réalisée en collaboration avec toutes les parties impliquées dans l’organisation. Le recours à une méthode spécifique assure une approche systématique de l’analyse.


Analyse des risques incendie = obligatoire

La législation sur la prévention de l’incendie oblige les employeurs à effectuer une analyse des risques (AR du 28 mars 2014 relatif à la prévention de l’incendie sur les lieux de travail, MB du 23 avril 2014, art. 4). Cette analyse des risques doit permettre à l’employeur de définir autant que possible les situations pouvant conduire à un incendie sur le lieu de travail (scénarios probables). L’analyse des risques est un processus dynamique: elle nécessite des mises à jour régulières en fonction des modifications dans les procédés, les méthodes et l’environnement de travail.

Facteurs de risques

La question de savoir si un incendie va se déclarer ou non dépend de divers facteurs. Le premier est la présence simultanée d’une matière combustible, d’une source d’ignition et d’oxygène. D’autres facteurs influent sur le risque d’incendie, le déroulement de l’incendie ainsi que sur ses conséquences :

  • la nature des activités;
  • les substances utilisées, les procédés, les installations présentes et les interactions éventuelles pouvant survenir;
  • le nombre maximal de travailleurs présents simultanément, ainsi que la présence de visiteurs, clients, sous-traitants, patients…
  • l’emplacement des différents locaux, entrepôts, bâtiments;
  • la présence ou non de différentes entreprises dans un même lieu de travail;
  • la réalisation de travaux par des entreprises extérieures.

La gravité et le risque de voir certains scénarios effectivement se produire doivent être bien évalués. Etablir des scénarios ne doit pas se limiter au cours normal des choses dans l’entreprise. Il faut aussi tenir compte de circonstances exceptionnelles telles que des pics dans l’approvisionnement, la non-application de procédures, l’entretien, la présence de travailleurs inexpérimentés ou de visiteurs, etc.

Causes d’incendie

Un incendie se déclare lorsque trois éléments sont réunis: une source d’ignition, une matière combustible et de l’oxygène. En pratique, il faut donc surtout se focaliser sur les facteurs de risques liés à la présence simultanée d’une matière combustible et d’une source d’ignition. L’électricité, la chaleur rayonnante de surfaces chaudes ou les étincelles, par exemple, peuvent être à l’origine d’un incendie. Enfin, il ne faut pas négliger l’éventualité qu’un fait criminel puisse aussi être à la base d’un incendie.

Comment procéder ?

Lors de la réalisation d’une analyse des risques, il est surtout important d’intégrer le risque d’incendie dans l’analyse des risques générale, les inspections du lieu de travail, les audits... Il faut rechercher des causes possibles d’incendie et les facteurs de risque dans le lieu de travail, les tâches, les appareils et installations. Cette analyse peut également porter sur la présence et le fonctionnement efficace des équipements de lutte contre l’incendie, les procédures et les mesures de prévention (par ex. les sorties de secours sont-elles dégagées, les portes coupe-feu ne sont-elles pas bloquées en position ouverte?).

Afin d’évaluer le risque d’incendie, il est possible d’utiliser les méthodes et outils de l’évaluation des risques. Quelques exemples :

Qui effectue l’analyse des risques ?

Réaliser une analyse des risques relève de la responsabilité de l’employeur. Le conseiller en prévention, du fait de ses connaissances et de ses tâches, joue dans ce cadre un rôle important. Il est aussi important d’impliquer non seulement les supérieurs hiérarchiques mais aussi les travailleurs dans la détection des dangers et l’évaluation des risques. Le service de lutte contre l’incendie et le comité PPT doivent obligatoirement être impliqués dans l’analyse des risques et les mesures qui en découlent.

En savoir plus :
Service public fédéral Emploi, Travail et Concertation sociale :
Commentaire de l’arrêté du 28 mars 2014 relatif à la prévention de l’incendie sur les lieux de travail.