Vélo et travail

Les cyclistes sont très vulnérables dans la circulation: ce sont ce qu’on appelle des usagers ‘faibles’. Prévenir les accidents et renforcer sa sécurité lorsque l’on se rend au travail à vélo nécessite dès lors le respect de quelques mesures de base.


Lire aussi :



Choisir un itinéraire sûr

Se rendre au travail à vélo est bon pour la santé, mais implique aussi de nombreux risques. Distances de sécurité, vitesse adaptée, angle mort des camions, danger des rails de tram et des portières qui s’ouvrent inopinément,… sont tous des risques auxquels les cyclistes doivent être sensibilisés. En outre, ce n’est pas le trajet le plus court qu’ils doivent choisir, mais le plus sûr.

Caractéristiques d’un itinéraire sûr :

  • pistes cyclables séparées;
  • le moins de carrefours possible;
  • signalisation claire;
  • chaussée en bon état;
  • bon éclairage.


Un vélo sûr

Le vélo doit être (maintenu) en bon état. Un entretien régulier est donc essentiel. Les freins et l’éclairage notamment doivent bien fonctionner en toutes circonstances.

Équipement

Obligatoire

  • deux freins (si vous devez appuyer à fond sur les freins pour qu’ils fonctionnent, un réglage s’impose);
  • une sonnette;
  • un catadioptre rouge à l’arrière;
  • deux catadioptres jaunes ou orange par roue ou une bande blanche réfléchissante de part et d’autre des pneus;
  • des catadioptres jaunes ou orange sur les pédales;
  • un catadioptre blanc à l’avant;
  • éclairage vélo: blanc ou jaune à l’avant, rouge à l’arrière.

Accessoires pratiques

  • éclairage supplémentaire (p.ex. une lampe halogène sur piles) pour rouler dans l’obscurité ou par mauvais temps;
  • casque vélo;
  • bonnes chaussures (ne glissant pas des pédales);
  • pneus bien gonflés: plus les pneus sont gonflés, moins l’effort à fournir sera important et moins vous risquerez une crevaison;
  • vêtements réfléchissants (gilet fluo).


Casque

En cas de chute sur la tête, le port d’un casque réduit significativement le risque de lésions. Pour être efficace, le casque doit être bien conçu (attention au marquage CE) et être utilisé correctement. Les sangles doivent être bien tendues, afin que le casque ne puisse pas bouger. Le front doit être en grande partie couvert et le casque doit arriver juste au-dessus des sourcils.

Le casque doit être remplacé après une chute ou un choc violent: même s’il n’a pas l’air endommagé, sa capacité d’absorption des chocs risque d’être amoindrie.


Visibilité et éclairage

L’éclairage est obligatoire entre la tombée de la nuit et l’aube ou lorsque la visibilité est réduite à 200 mètres. Il peut être blanc ou jaune à l’avant, et doit obligatoirement être rouge à l’arrière. L’éclairage du vélo ne doit pas forcément être fixé au vélo (il peut aussi être fixé aux vêtements ou aux bagages du cycliste) et peut clignoter. Un bon éclairage rend le cycliste plus visible. En outre, cela lui permet aussi de mieux voir les trous et les obstacles.

Des gilets fluo, des bandes réfléchissantes ou des vêtements (casques, vestes, pantalons, gants,…) dotés de bandes réfléchissantes améliorent aussi la visibilité.


Angle mort

Les risques liés à l’angle mort sont fort importants. Les camions qui tournent à droite ne voient pas toujours les cyclistes, ou ne les aperçoivent que trop tard. L’angle mort d’un camion se situe à droite, devant et derrière.

Les cyclistes doivent absolument tenir compte de l’angle mort. S’il n’est pas possible d’avoir un contact visuel avec le chauffeur, ce dernier ne peut pas voir le cycliste. Il est extrêmement dangereux de se trouver ou de rouler juste devant, derrière ou à côté d’un camion. Il est toujours plus sûr pour un cycliste de laisser la priorité à un camion qui veut tourner à droite.


Conditions météo

Les conditions climatiques sont encore plus importantes pour les cyclistes que pour les autres usagers de la route. La pluie, la grêle, la neige, le givre,… rendent le trajet en vélo plus dangereux et augmentent le risque de chutes et d’accidents. Quand les conditions climatiques sont trop mauvaises, les cyclistes devraient optent pour un autre moyen de transport ou travailler à la maison si c’est possible.


Distraction

Comme en voiture, il est interdit de téléphoner en roulant à vélo. Les cyclistes doivent pouvoir entendre les véhicules qui arrivent, ce qui est impossible s’ils écoutent de la musique.

Les règles relatives à la consommation d’alcool et de drogues s’appliquent également aux cyclistes.


En savoir plus
:
http://www.gracq.be