Travail temporaire en hauteur

La grande majorité des chutes de hauteur ont des conséquences graves. Pratiquement un quart des accidents aboutissent même à une incapacité permanente de la victime. Quelles que soient leur nature et leur durée, les travaux réalisés en hauteur nécessitent la prise de mesures de prévention adéquates et suffisantes. Or, chaque situation de travail est unique et exige la mise en œuvre de solutions spécifiques. L’analyse de risque joue un rôle clé dans le bon choix des équipements et de la méthode de travail.


Lire aussi :


Travailler en hauteur

Dans toute entreprise ou organisation, des situations de travail en hauteur peuvent se présenter. Les interventions sur les équipements de travail, la maintenance d’installations, les petits travaux d’entretien et de nettoyage exigent parfois d’accéder, régulièrement ou occasionnellement, à des hauteurs quelles soient importantes ou non. Chaque situation présente un risque qu’il faut avoir identifié et évalué pour pouvoir prendre les mesures de prévention matérielles et organisationnelles nécessaires.

Les dangers et les risques spécifiques du travail en hauteur peuvent être :

  • une utilisation inadéquate des équipements (mal installés, inappropriés aux travaux à effectuer et/ou aux conditions de travail et inadaptés aux caractéristiques du lieu de travail, surcharge,…);
  • l’utilisation d’équipements défectueux ;
  • le déplacement sur des surfaces instables, inégales et/ou fragiles;
  • des difficultés d’évacuation;
  • la chute d’objets;
  • la présence d’arrêtes vives aux accès ou aux postes de travail en hauteur;
  • le manque de formation et de compétences,…


Hiérarchie des mesures de prévention

Tout travail en hauteur doit faire l’objet d’une sérieuse réflexion préalable. Il faut identifier les dangers et les risques que comporte chaque situation de travail. La question à se poser en priorité est de savoir si le travail en hauteur est nécessaire. Autrement dit, n’y a-t-il pas une manière plus sûre d’effectuer le travail ?

S’il n’est pas possible d’éviter le travail en hauteur, alors il est important de choisir l’équipement le plus adapté pour permettre de travailler en sécurité.

Les équipements de protection collective tels que garde-corps, plates-formes ou filets de captage ont toujours priorité sur les équipements de protection individuelle. Dans le cas où l'utilisation des équipements de protection collective est exclue en raison de la nature des travaux, il faut prévoir des moyens d'accès appropriés et utiliser des harnais ou d'autres moyens de sécurité à ancrage.


Echelles

Les échelles, les escabeaux et les marchepieds doivent avant tout être considérés comme des moyens d’accès qui permettent de franchir des différences de niveaux. Cela signifie que les échelles, les escabeaux et les marchepieds ne constituent pas, en principe, des équipements destinés à exécuter un travail en hauteur. Leur utilisation en tant qu’équipement de travail se limite à des circonstances où le niveau de risque est faible et où leur utilisation est de courte durée.

Parmi les points d’attention relatifs aux échelles figurent :

  • L’achat: normes harmonisées EN 131, Label VGS,… .
  • Le choix en fonction du travail à effectuer: longueur, solidité, matériau.
  • L’état: défectuosités éventuelles, propreté des échelons et des montants (pas d’huile, de graisse, de boue,…).
  • Le placement: sol résistant et stable, non glissant et horizontal, à l’écart de voies de circulation, inclinaison,… .
  • L’utilisation: instructions sur les conditions d’utilisation (type de travaux, règle des 3 points d’appui, centre de gravité du corps entre les montants, le rangement et l’entretien,…).


Echafaudages

L’utilisation d’échafaudages lors de travaux temporaires en hauteur doit être bien préparée. Il faut notamment connaître avec précision les besoins et les limites liés au travail à exécuter, de même que les circonstances dans lesquelles d’échafaudages seront employés. Ces éléments permettront de choisir l’échafaudage en fonction de critères comme le type, la charge maximale, la résistance mécanique,… Les normes européennes EN 12810 et EN 12811 contiennent des prescriptions portant sur les matériaux utilisés, les dimensions, les exigences de sécurité,…

Tant le monteur de l’échafaudage et que les utilisateurs doivent veiller à ce que l’échafaudage puisse être utilisé en toute sécurité et ne présente pas de risque pour l’environnement immédiat.

La réglementation impose la désignation d’une personne compétente à la fois au sein de l’entreprise chargée de monter, démontrer et transformer l’échafaudage et dans l’entreprise ou l’organisation qui va l’utiliser. Ces personnes sont chargées de veiller au respect des mesures de prévention et à l’exécution des contrôles nécessaires. Chacune de ces personnes compétentes doit avoir suivi une formation spécifique.

Lorsqu’un échafaudage a été contrôlé et qu’il est prêt à être utilisé, la personne compétente responsable des opérations de montage appose une fiche verte. Cette fiche reprend également les renseignements utiles concernant la charge maximale autorisée. Tant que la personne compétente n’a pas effectué les vérifications d’usage, une fiche rouge doit figurer sur l’échafaudage.


Elévateurs à nacelle

Les équipements de levage de personnes tels que l’élévateur à nacelle ne peuvent être utilisés que lorsque les circonstances (conditions environnantes,…) ne permettent pas d’installer un échafaudage.

En cas de recours à ce type d’équipement, trois points principaux doivent faire l’objet d’une attention particulière :

  • la stabilité: sur un sol instable, inégal ou en pente l’élévateur à nacelle peut aisément basculer;
  • les conditions météorologiques: elles peuvent influencer la stabilité de l’élévateur en particulier la vitesse maximale du vent doit être mentionnée dans la notice d’utilisation ;
  • le port du harnais de sécurité : il n’est pas obligatoire mais fortement recommandé.


Pour en savoir plus :


Equipements de travail pour le travail temporaire en hauteur, Code du Bien-être au travail.

Guide de bonnes pratiques non contraignant pour l’application de la Directive 2001/45/CE (travaux en hauteur).

Travaux en hauteur, CNAC Constructiv.